coconut grove-floride-miami-usa-blog voyage (5)
Americana 🗺️

Visiter Coconut Grove avec Héloïse

La visite aurait pu commencer par cette question : « Quel est le point commun entre Michael Jackson, les meilleurs burgers de Miami et des milkshakes qui déboîtent ? » Après l’art déco de Miami Beach et le street art de Wynwood, on suit cette fois Héloïse, guide chez Miami off road, à travers le quartier de Coconut Grove. C’est bien simple, Héloïse on la suivrait les yeux fermés tant elle sait partager son amour de Miami et surtout son intérêt pour ses différentes facettes. Et Coconut Groves en est le parfait exemple : havre de paix bobo loin des fêtards et des plagistes de Miami Beach.

Coconut Grove la forte tête

La visite commence au bord de la marina où mouillent d’impressionnants yachts flambants neufs. Il parait même qu’un crocodile a élu domicile dans les parages.  Coconut Grove c’est comme un village d’irréductibles gaulois. Ville à part entière avant de devenir un simple quartier de Miami en 1925, « The Grove » aime garder une certaine indépendance et un petit côté rebelle. « Beaucoup de monde pense encore que Coconut Grove est une ville à part. Pourtant c’est ici que se situe la mairie de Miami. Mairie qu’on prend très souvent pour celle de Coconut Grove ! » Première partie habitée de Miami par des indiens puis par les immigrants des Bahamas, Coconut Grove est au départ un territoire agricole avant de se tourner vers le tourisme au début du XXème siècle.

Havre de paix et de luxe

Ce n’est certes pas l’endroit incontournable quand on visite Magic city mais c’est celui à privilégier si on veut passer l’après-midi loin de la foule de Miami Beach. Le quartier, un peu bohème, fait la part belle aux cafés, restaurants et librairies. On l’explore à pied, au milieu des maisons basses et de la mangrove. On emprunte des trottoirs bordés d’arbres et de fontaines où se côtoient l’architecture Art nouveau et d’inspiration espagnole. Il y a de l’animation dans la rue mais juste ce qu’il faut. Un samedi après-midi à Miami ne nous a jamais paru aussi calme ! Aujourd’hui quartier résidentiel à la mode, on y vient pour le brunch du dimanche ou prendre un verre en terrasse. Mais pour ce qui est de résister encore et toujours à l’envahisseur c’est un peu moins vrai quand on voit le quartier se métamorphoser pour devenir toujours plus chic et plus cher. « La ville tente de redynamiser le centre de Coconut Groves et le quartier est en pleine mutation.« 

Mangrove, Michael Jackson et Mario Bros

Héloïse nous emmène au « Barnacle Historic State Park » pour s’enfoncer dans le hammock dense et touffu, à mi-chemin entre la forêt et la mangrove. C’est ici que l’on peut visiter l’une des plus vielles maisons de style bahaméen de la région. « Ici comme dans beaucoup de parcs à Miami, on peut laisser sa poussette et son sac à main à l’entrée du parc, on est sûr de les retrouver en sortant. » Coconut Grove c’est aussi le « Bahamian Cemetery » qui a inspiré le clip « Thriller » de Michael Jackson tourné à Los Angeles. Entremêlât de tombes et grilles en fer forgé à l’entrée, il n’y a plus qu’à tenter la choré et on s’y croirait. La visite se termine mais Héloïse a gardé le meilleur pour la fin… « Vous êtes prêts pour un bond dans le temps ? Retour dans les années 80 ! » On pousse la porte de chez Vicky’s House reconstitution pop de la cuisine familiale du propriétaire. On commande leur spécialité : un milkshake avant de s’affaler dans un canapé pour jouer à Mario Bros sur une Nintendo Nes.

blog voyage-miami-coconut grove-vicky's-milkshake

Photo Instagram • Adl (@adl.elise)

 Les bonnes adresses d’Héloïse à Coconut Grove

  • Vicky’s House « Pour leurs milkshakes détonants et super gourmands. »
  • Lokal « Les meilleurs burgers de Miami. Que des produits locaux et du fait-maison. »
  • Monty’s « Un endroit sympa et pas très cher sur les bords de la marina. Idéal pour manger les spécialités : stone crab, conch fritters et key lime pie. »
  • La villa Vizcaya (pas une adresse pour manger cette fois !) « La villa et ses jardins à l’italienne ont été imaginés et construits par un milliardaire excentrique. Une oeuvre d’art à eux seuls.« 

Hélène