Colorado - Martine Pearson portrait Normandie Manche montagnes Fermanville normands voyageurs paysage coucher de soleil
Portraits de Normands

Martine, de Fermanville aux sommets du Colorado

Normande installée au Colorado, Martine Pearson a posé ses valises il y a 35 ans à Granby, au pied des montagnes et au milieu de rien. Au bout d’une piste en terre de deux kilomètres, on trouve son petit coin de paradis où elle vit avec son mari John. Un peu Américain et pas mal Cherokee, il a construit leur maison face aux cimes où l’air se fait rare, où les caprices du temps ne se calculent pas. Un havre de paix pour Martine Pearson, après une vie aux allures de road trip.

Colorado - Martine Pearson portrait Normandie Manche montagnes Fermanville normands voyageurs chemin

Pour cette Manchoise, « la vie commence quand on rencontre des gens ». A ses 17 ans, la Normande déménage à Cherbourg. A 20 ans, après un passage par Annecy, Martine part pour Paris où elle fait par hasard la connaissance d’un Américain. « Il avait perdu tous ses papiers, donc avec ma colocataire nous l’avons aidé en l’hébergeant pendant 15 jours ». Une rencontre déterminante puisque c’est ce même Américain qui l’hébergera quelques mois plus tard à Brooklyn. « Avec mon amie Christine, nous avons débarqué à New York avec chacune 100 dollars en poche. Deux semaines après notre arrivée, Christine voulait aller à Los Angeles, donc nous avons pris un car Greyhound ».

Commence alors un road trip à la Thelma et Louise. Nous sommes en 1978, Martine a 22 ans.

Colorado - Martine Pearson portrait Normandie Manche montagnes Fermanville normands voyageurs chien

A l’épreuve du rêve américain

Après trois jours en autocar, Martine et Christine pensent être arrivées au Texas, mais elles descendent à Flagstaff (Arizona). Une ville de transit où la concurrence est rude et les emplois difficiles à trouver pour deux Françaises qui ne maîtrisent pas la langue. « C’était dur, parfois je mangeais une pomme de terre par jour», se remémore Martine.

Les deux amies reprennent la route pour Los Angeles, mais cette fois en auto-stop, grâce aux chauffeurs routiers qui se relaient pour les emmener à bon port. « Ils se passaient le mot sur la CB ! », sourit encore Martine. Mais pas de boulot non plus dans la cité des anges : retour à Flagstaff, où Christine y rencontre un petit ami. Martine se retrouve seule, et expérimente le couch surfing bien avant l’heure. « J’allais d’un canapé à un autre, je trouvais ce que je pouvais dans la rue pour acheter à manger, mais je n’avais toujours pas de travail ». Elle finit par décrocher un job comme femme de ménage dans un motel. « A l’époque, j’étais payée 1$ par chambre».

Colorado - Martine Pearson portrait Normandie Manche montagnes Fermanville normands voyageurs chevaux

Aujourd’hui, Martine et son mari John vivent entourés de leurs chevaux, chèvres et chiens.

Quatre filles en road trip

La deuxième rencontre importante pour Martine sera celle de Lauren et Carla, grâce à qui elle trouve un travail à l’université de l’Arizona puis effectue un nouveau road trip. « Nous sommes allées voir un ami de Carla à Grand Lake, dans le Colorado. Imagine : quatre filles et quatre chiens dans un vieux van Datsun ! »

A l’époque, Grand Lake n’était pas la station touristique que l’on connaît. « C’était désert ». Un marché moins saturé qui permet à Martine de trouver un nouvel emploi comme serveuse dans un restaurant et d’y faire une rencontre qui va changer sa vie : celle de John, avec qui elle se marie en 1982.

Colorado - Martine Pearson portrait Normandie Manche montagnes Fermanville normands voyageurs

 

« Tout a changé quand je suis arrivée ici »

Avec cet Américain pur produit des montagnes du Colorado, elle s’installe à Granby, une bourgade d’à peine 2000 âmes perchée à 2500 mètres d’altitude. Martine y apprend la vie au grand air, comment monter à cheval et partir randonner près des cimes pendant plusieurs jours. « Tout a changé quand je suis arrivée ici », résume la Normande de 62 ans.

Là encore, Martine enchaîne les jobs : bar tender, serveuse dans un ranch, hôtesse puis tour opérateur dans une station de ski et manager dans une papeterie. Depuis 16 ans, elle est désormais employée par le Gouvernement comme assistante de vie scolaire auprès des enfants en difficulté.

 

« Même le vent finit par me manquer ! »

Désormais, sa vie est ici, à Granby, entourée de son mari John, de son fils Jonas et sa femme, et de ses animaux : des chèvres, plusieurs chevaux et deux chiens qui veillent sur la propriété. Une existence au grand air qu’elle apprécie, même si la Normandie finit toujours par lui manquer. « J’ai toujours un attachement super fort à cette région. Quand j’y retourne, je suis une personne différente. J’ai davantage d’énergie, ma famille et la mer me ressourcent, je suis heureuse ». Martine essaie de revenir tous les deux ans à Fermanville, où elle a grandi, et d’y emmener son fils Jonas. « Quand je vais en Normandie, j’espère toujours qu’il va y avoir une tempête, avec les embruns qui vous tombent dessus. Même le vent finit par me manquer ! »

 

Colorado - Martine Pearson portrait Normandie Manche montagnes Fermanville normands voyageurs paysage coucher de soleil

Un coucher de soleil depuis la maison de Martine et John

Trouver la paix 

Pour autant, Martine ne vit pas de regrets et si c’était à refaire, elle ne changerait pas grand-chose. « C’était l’aventure, mais je ne me souviens pas avoir eu peur, juste faim ». Ce qu’elle en retient ? Que la vie est faite de rencontres, de connexions, qui vous mènent d’une personne à une autre, d’un point au suivant. La sienne l’a menée de Fermanville, dans la Manche, aux sommets du Colorado, où elle trouve une sorte de paix intérieure. « Les Etats-Unis m’ont appris à être plus calme, et à vivre au jour le jour ». Un beau chemin parcouru.

Valentin

> Lire aussi : Les paysages époustouflants du Rocky Mountain National Park (Colorado)

Colorado - Martine Pearson portrait Normandie Manche montagnes Fermanville normands voyageurs paysage coucher de soleil