Los Angeles la mal aimée - à la une
Carnet de voyage

Los Angeles la mal aimée

Nous avons entendu beaucoup de gens nous dire « L.A. je n’ai pas accroché », « Vous y restez 15 jours ? mais qu’est-ce que vous allez faire ?! » Los Angeles la mal aimée ? Malgré le scepticisme ambiant, nous on a adoré ! Vous en connaissez beaucoup des villes où vous avez l’impression de débarquer dans un décor de cinéma ? L’impression d’être déjà venu dans certains lieux, tant certaines images vous semblent familières ?

 

On adore mais pourquoi ?

On a brunché avec une française installée ici et on lui a demandé pourquoi cette réputation de Los Angeles la mal aimée et pourquoi elle aimait la ville, espérant au passage avoir un élément de réponse qui pourrait nous servir. Elle a simplement répondu « Parce que je m’y sens bien ». Et c’est peut-être ça la clef. Ce qui nous a plu à L.A. c’est l’atmosphère. On s’y sent bien. Le soleil à foison, les palmiers partout, les plages. La chaleur enveloppante, la coolitude des gens, les collines. La ville a plusieurs facettes. Il faut juste gratter un peu le vernis pour voir ce qui se cache dessous.

Au pays du cinéma

Les quartiers ont plusieurs dimensions. Comme celui de Venice Beach. On peut évidemment aller profiter de la plage, de Muscle Beach (et trouver l’affiche des exploits d’un certain Arnold…) ou de la faune locale. Mais si on prend la tangente et qu’on s’éloigne du boardwalk, on y trouve de sublimes murals et de belles maisons installées au bord de canaux.  Et si comme nous vous êtes un tant soit peu cinéphiles ou fan de séries, alors là vous êtes perdus (ou gâtés !) Los Angeles est le temple du cinéma. En seulement quelques jours on peut se balader sur Mullholand Drive (David Lynch), Rodeo Drive (« Pretty Woman« ), Venice Beach -encore elle- (Californication), monter au Griffith Observatory (« La fureur de vivre« ) ou encore boire un verre au Chateau Marmont (« Somewhere » de Sofia Coppola). Forcément on en prend plein les yeux et chaque visite invite à se remémorer le passage d’un film ou le générique d’une série !

Los Angeles la mal aimée côté obscur 

Bien sûr on n’était pas là pour y poser nos valises. Il était donc plus facile pour nous de faire abstraction des embouteillages sur le freeway, des homeless en pagaille, de la foule de touristes et du nombre impressionnant de gens qui vivent dans leur voiture. A ce sujet, on a purement halluciné tout au long de notre périple sur la côte Ouest. Du nombre de pick up rafistolés, de camping car déglingués, de vans de fortune stationnés le long des rues ou sur des parkings. Et tous habités ! Apparemment certains de leurs occupants vivent ainsi par choix alors que d’autres auraient un emploi mais pas de revenus suffisants pour accéder à un logement.

Los Angeles la mal aimée - santa monica

 

Los Angeles, notre coup de cœur

Los Angeles on voulait la voir et on l’a eu ! Quinze jour pour voguer de quartier en quartier. Pour alterner les lieux ultra touristiques mais incontournables (Hollywood, Universal Studios, Santa Monica…) et d’autres endroits moins fréquentés (Mullholand drive, Downtown, Beverly Hills…) voire plus confidentiels (le Wonderview trail => on vous prépare un article à ce sujet !) Au final, L.A. ne nous a pas déçu: deux semaines n’étaient pas de trop pour goûter à la vie façon Californie. 

Hélène

***BONUS***

 Los Angeles est immense. C’est définitivement une ville qui se fait en voiture. Ça ne saute pas forcément aux yeux quand on regarde une carte mais les distances entre deux points sont vraiment grandes. Il y a bien des transports en commun mais vous risquez de perdre un temps précieux. Et pour ce qui est des Uber, la facture peut vite s’avérer très salée.

Los Angeles la mal aimée - city map

Non ce ne sont pas les USA, juste une carte de Los Angeles 😊

 Évitez les heures critiques pour circuler sur la freeway. Ca nous a épargné pas mal de galères. De 7h à 9h et de 16h à 18h (au bas mot) ne cherchez pas à prendre votre voiture ! A moins de vous retrouver dans la scène d’ouverture de La La Land ! Si vraiment vous devez rouler, consultez Google Maps ou toute autre appli qui informe sur les conditions de circulation, quitte à trouver des itinéraires bis (les grands boulevards par exemple).

Pour le plaisir…