Carnet de voyage

La Highway 1 mieux que la route 66 ?

Après 18 mois de fermeture partielle dûe à un glissement de terrain aux alentours de Mud Creek, la mythique Highway 1 (Californie) a rouvert fin juillet 2018. Juste à temps pour nous faire profiter du spectacle. Autant vous le dire tout de suite, Highway 1/Route 66, il n’y a pas vraiment de match ! Je bluffe Martoni 😀 La Highway longe le Pacifique sur près de 1000 kilomètres, du Nord de San Francisco (Legget) au Sud de Los Angeles (Capistrano Beach). Nous l’avons empruntée depuis Monterey jusqu’à Los Angeles (à Grover Beach plus exactement). C’est le sens à privilégier car vous roulez avec l’océan sur votre droite et une vue dégagée. Le spectacle est saisissant.

California Dream Road

Surnommée « California Dream Road » (La route du rêve californien) pas étonnant qu’elle ait inspiré nombre de poètes depuis les années 50 et qu’elle fasse autant fantasmer les voyageurs. La route est bordée par le Pacifique et suit le contour des falaises dans un parfum tantôt iodé, tantôt d’eucalyptus. C’était un rêve de pouvoir l’emprunter et nous avons de la chance que sa réouverture coïncide avec notre passage.

Une route qui se mérite

Le mieux est encore de partir tôt (avant 9h en ce qui nous concerne) pour éviter le trafic. Car la Highway 1 ne compte que deux voies sinueuses et très peu de possibilités pour doubler. D’ailleurs, si un accident survient, vous pouvez vous retrouver coincé pour un long moment ! Si la route est étroite, elle n’est pas trop dangereuse pour autant. Aucune trouille de tout le trajet à signaler, ni cascade dans le fossé. C’est bien simple, il n’y en a pas de fossé. Si on fait un pas de côté, c’est le vide assuré. C’était un bon entraînement pour nous avant la route de Hana (Maui) !

Highway 1 (14)

 

Mythique Highway 1

Je ne m’attendais pas à avoir autant d’émotions en empruntant la Highway 1. Mythique certes mais une route après tout. Et pourtant… Les paysages à couper le souffle, cette route qui serpente entre les montagnes, l’océan à perte de vue. Une telle immensité ça prend aux tripes. J’ai eu la gorge serrée au détour de plusieurs virages tellement c’était beau. Le must reste la portion entre Big Sur et Piedras Blancas, au niveau de Los Padres National Forest. La route se rétrécit, lèche les flancs des falaises. Le Pacifique scintille. La côte est déchiquetée et les montagnes abruptes plongent dans l’océan… Magique. Et nous on est là, au volant de notre auto. A rouler sur l’une des plus belles routes du monde. On ouvre les vitres pour avoir les cheveux au vent, pour profiter au maximum de l’instant.

La Highway 1 dans les nuages

C’est pourtant par une frayeur que nous avons entamé la matinée : le ciel bas bouchait l’horizon. La brume embrassait les montagnes. Bref, on avait la tête dans les nuages. On ne passait qu’une seule journée sur la Pacific Coast Highway, il ne fallait pas louper notre coup. C’est donc un brin embrumés, que nous avons passé le Bixby Bridge, très reconnaissable et souvent filmé pour la télévision et le cinéma. La route, slalomant entre les nuages et la brume épaisse se confondant dans l’océan rendaient l’atmosphère un peu étrange et mystérieuse. Soulagement quand même quand le ciel s’est dégagé !

Andrew Molera State Park

Il y a peu d’accès aux plages depuis la Highway 1. On a profité de passer par le Andrew Molera State Park, le plus grand parc naturel de Big Sur, pour voir le paysage « d’en bas ». Il y a de nombreux départs de randonnées depuis le parc. Nous avons choisi le Beach Trail, balade d’une demi-heure, pour accéder à une immense et magnifique plage et profiter de l’air marin. Il serait d’ailleurs plus exact, de dire « se prendre de violentes rafales de vent dans la face » ! Des abris en bois flotté sont d’ailleurs là pour en témoigner. Ils ont été construits par les visiteurs au fil du temps pour se protéger du vent.

Bande son

On s’arrête sur les « view area » prendre quelques photos, regarder les vagues se fracasser au pied des falaises et la route se faufiler entre les montagnes et l’océan. On reprend le volant pour continuer notre périple. Le spectacle est tellement beau, qu’il lui fallait une bande son à la hauteur. Voici quelques suggestions, parmi les chansons qui nous ont accompagnées tout au long de la journée. On remarquera que toute musique un peu planante avec un tambourin se marie parfaitement !

Les éléphants de mer

Après les otaries de San Francisco, voici les éléphants de mer de Big Sur. Mélange improbable entre un phoque et Docteur Zoidberg. L’odeur en plus ! Le meilleur endroit pour les voir est à Piedras Blancas Colony. Une longue plage sablonneuse, sur laquelle s’ébattent/se grattouillent/se chamaillent/se font dorer la pilule une impressionnante colonie d’éléphants de mer. En 2014, près de 5 300 petits sont nés ici.

Highway 1 - sea lions

Pour rester dans l’ambiance

Je vous suggère la série Big Little Lies qui se passe à Monterey le long de la Highway 1. L’histoire retrace les jours qui ont précédé un meurtre au sein du gratin de la communauté de Monterey. Prises de vue sublimes, casting cinq étoiles et atmosphère troublante. Et pour ne rien gâcher, c’est réalisé par Jean-Marc Valley.

Hélène