Blog voyage-floride-miami-héloise colin-miami off road-saint james-marinière
Portraits de Normands

Héloïse, une Normande sous les palmiers de Miami

Héloïse Colin arbore fièrement son T-shirt « Cider & Camembert » quand on la retrouve dans le quartier Art deco de Miami. Originaire de Sainte Adresse sur les hauteurs du Havre, elle a posé ses valises en Floride depuis plus de 2 ans. Fière de sa Normandie, elle nous parle des habitudes qu’elle y a laissées et lorgne sur mon sac à l’effigie du Mont Saint Michel ! Vivre à l’étranger et découvrir d’autres cultures c’était son rêve. A Miami elle devient guide et transmet sa passion aux visiteurs qu’elle emmène avec elle en dehors des sentiers battus.

 

Sainte Adresse, Marseille, Miami

Cette envie d’ailleurs la démangeait depuis longtemps : « Quand j’avais 11-12 ans, je suis partie en Angleterre et j’ai dit à ma famille “dès que je peux, je repars !”» explique Héloïse. Une première expérience fondatrice qui lui donne le goût de la découverte et du voyage. A défaut de partir dans un pays anglophone, Héloïse choisit d’enseigner l’anglais et doit quitter sa Normandie pour le soleil de Marseille, ses embouteillages et ses quartiers Nord. L’expérience s’avère difficile et la Havraise déchante quelque peu « j’avais choisi ce métier pour transmettre mais je me suis aperçue que les élèves n’en n’avaient rien à faire, qu’ils n’avaient pas envie d’être devant moi. » Deux ans plus tard, l’expatriation est toujours tapie dans un coin de sa tête quand son mari a vent d’une création de poste au sein de son entreprise de transport par container basée à Marseille. San Francisco est annoncé, puis Shanghai avant de s’arrêter sur Miami. « Il est allé voir son chef tous les jours jusqu’à ce qu’il soit nommé sur le poste. Il l’a eu à l’usure ! » En 2016, 6 mois après la naissance de leur fils, les valises étaient prêtes. Direction les Etats-Unis.

Miami Off Road, c’est elle !

Etablie à Brickell, Héloïse tombe rapidement amoureuse du quartier de Wynwood célèbre pour ses fresques murales réalisées par de grands noms du street art. « Avec mon mari on vient s’y balader tous les dimanches et j’avais remarqué qu’il n’y avait pas de guide francophone. » Ajoutez à cela une curiosité dévorante, une grande envie d’apprendre et de raconter, l’idée de devenir guide fait son chemin. C’est là qu’un petit coup de pouce du destin précipite la reconversion professionnelle d’Héloïse. La compagnie New-York Off Road spécialisée dans les visites en français cherche à s’établir à Miami et développer l’offre francophone notamment autour de Wynwood. « J’ai rencontré Elise la fondatrice de New-York Off Road et tout s’est enchaîné très vite. J’ai tout de suite accroché avec la patte “Off Road” et le côté très informel et détendu des visites. » Miami Off Road était née.

« Ce métier de guide c’est ma passion »

« Mon plaisir c’est d’apprendre toujours plus et je lis tout ce que je trouve sur Miami, tout le temps, tous les jours. Ce métier de guide, c’est ma passion » nous confie la jeune femme de 34 ans dans un large sourire. Pour construire une visite, il faut passer par un minutieux travail de recherche. « Le premier circuit que j’ai créé c’était celui du Art deco district et cela m’a pris 1 mois et demi. Pour notre petit dernier, le quartier de Little Havana, j’ai mis 4 mois car aujourd’hui je dois aussi jongler avec la gestion de l’équipe et de l’antenne.» Héloïse prend plaisir à emmener les visiteurs français dans les différents quartiers de Miami. « Les clients qui viennent aux visites sont en vacances, détendus. C’est un petit bout de vacances pour moi aussi ! » La période la plus chargée s’étend de février jusqu’à fin avril et coïncide avec les vacances scolaires de la France. 

 

Vivre à Miami

Cela a bien-sûr un coût. « Miami est une ville très chère. Les loyers, les sorties… et avec des enfants c’est encore pire. L’école ne commence qu’à partir de 5 ans et avant il faut payer une crèche privée. La facture peut monter jusqu’à 1400$ par mois ! » nous explique la jeune maman. La ville a un côté très bling-bling et jet-set (on y croise des Rolls Royce et des Maserati, des cocktails à 41$ et des suites à 2361$ la nuit) qui contraste avec le savant melting pot de la population. Car Miami est une des villes les plus cosmopolites des Etats-Unis. Plus de 60% de ses habitants sont nés à l’étranger et la culture latino-américaine y tient une place de choix. C’est peut-être ce qui lui donne ce côté très relax et chaleureux qui plaît tant à Héloïse. « Ici les gens viennent de partout et sont hyper ouverts. Il y a beaucoup d’entraide et de savoir vivre. »

 

« La Normandie ça restera toujours « la maison ». »

Habiter Miami c’est aussi le plaisir d’aller à la plage toute l’année ! Mais ne vous y trompez pas « Noël en short c’est sympa la première fois mais ça n’a quand même pas le même charme ! » s’amuse Héloïse. Les changements de saison finissent par manquer à la jeune Havraise qui regrette parfois le spectacle de la lumière du soleil qui perce entre les nuages d’un ciel bas et les paysages vallonnés du littoral normand. « Un bon camembert. Ça, ça me manque !! » Le lien avec la Seine Maritime, où sa famille et ses amis habitent, est toujours bien présent. « J’y garde des habitudes qui me manquent, une librairie irremplaçable, le mojito/saucisson de « l’Abri-côtier »… J’ai aussi fièrement collé mon autocollant LH et un « cider and camembert » sur mon ordinateur. La Normandie ça restera toujours « la maison ». »

 

 


*** 3 questions à Héloïse pour visiter Miami ***

 

3 choses à savoir avant de venir à Miami ?

1) Réviser son espagnol, ici une grande majorité des Miamians parlent espagnol et il n’est pas garanti de parler anglais partout. 2) Installer l’application Uber sur son téléphone. C’est un moyen de transport fiable et pas cher, qui fonctionne beaucoup ici. 3) Eviter les périodes de Noël et du 1er janvier. Miami déborde de monde. Savoir aussi que les mois de juillet et août sont vraiment TRES chauds.

 Quel est ton événement préféré à Miami ?

Art Basel début décembre. C’est le rendez-vous annuel de l’art urbain dans le quartier de Wynwood. Les plus grands artistes viennent peindre des fresques sur les murs du quartier. Mon moment préféré c’est même d’aller me promener dans Wynwood fin novembre ; avant le début du festival. Les artistes sont déjà arrivés et commencent à recouvrir les anciennes fresques et à esquisser leurs nouveaux croquis. Ça sent la peinture partout, il y a une effervescence dans les rues. Je suis comme une gosse à Noël qui voit tous les paquets mais qui ne sait pas encore ce qu’il y a dedans !

Un dernier conseil pour visiter Miami ?

Ne pas se limiter à Miami Beach ! Quand on parle de Miami, il y a la ville de Miami Beach (qui est une île) ET celle de Miami. Dans la première on y va pour le quartier Art deco sur Ocean Drive, la plage et faire la fête. La seconde regorge de quartiers à l’identité bien marquée : Wynwood (pour le street art), Little Havana, Coconut Grove (le plus historique)…

Hélène