Vivre son road-trip

Comment l’entretien à l’ambassade des USA a fait basculer nos vies

L’obtention de notre visa B2 permettant de réaliser notre rêve de partir 6 mois aux Etats-Unis a changé notre vie.Voici le récit de cette journée si particulière de l’entretien à l’ambassade des USA à Paris.

C’était une belle matinée d’hiver. Un de ces jours où rien ne peut vous arriver. Réveil à l’hôtel, petit déjeuner, maquillage pour Madame, rasage pour Monsieur. Enfiler une robe, ajuster son costume, se parfumer, se regarder, se rassurer.

entretien à l'ambassade des USA ambassade américaine Paris vue du ciel Google earth

Photo Google earth

Entretien à l’ambassade des USA : le grand jour

 

Aujourd’hui, c’est LE GRAND JOUR. Celui que nous attendons depuis deux mois. Ou depuis toujours, va savoir. Ce vendredi 23 février, nous avons rendez-vous pour un entretien à l’ambassade des USA à Paris où nous attend notre billet de loterie gagnant pour un road trip de six mois !

Depuis des semaines, on ne parle plus que de ça : le fameux Visa B2. Un simple autocollant en couleur sur son passeport monochrome, qui fait toute la différence : pour nous c’est l’assurance de pouvoir séjourner aux Etats-Unis pendant 180 jours d’affilée, au lieu des 90 réglementaires (nos conseils pour faire une demande de visa pour les Etats-Unis ici).

Autant vous dire que l’équipage est fébrile et c’est un euphémisme.

 

Métro, stress, expresso

 

Dernier coup d’œil dans la glace et c’est parti : neuf stations nous séparent du métro Concorde voisin de la rue Gabriel où se situe l’ambassade. Bien entendu, on a tout prévu, même les imprévus.

Pas le temps pour autant de profiter d’un café à 15€ au Crillon tout proche, l’heure tourne et notre budget nous guide sagement jusqu’au Bistro François Félix. Le Crillon attendra. Expresso-express, sourire crispé et conversation réduite au strict minimum. Nos esprits sont ailleurs, tendus vers un même objectif : celui de faire la meilleure impression possible à celui ou celle qui nous passera sur le grill.

entretien à l'ambassade des USA drapeau américain stars and sripes flag

Photo Pixabay

Présumé immigrant

 

Sur le papier, l’entretien pour l’obtention d’un Visa B2 n’a rien d’une promenade de santé. Les deux heures passées à remplir notre demande sur internet ont déjà de quoi dissuader les moins motivés. Sur Internet, les témoignages soufflent le chaud et le froid.

L’obtention d’un Visa pour les USA fonctionne un peu comme la justice américaine : une instruction à charge. En clair : vous êtes présumés immigrant jusqu’à preuve du contraire. Et cette preuve, c’est bien entendu à vous de l’apporter.

 

A vous de prouver le contraire

 

Premièrement, vous devez prouver que vous avez suffisamment d’argent pour assumer un voyage de plusieurs mois. Même pour nos amis Suisses, pas question d’invoquer le secret bancaire !

Ensuite, vous devez prouver que vous n’allez pas chercher du travail une fois sur place (pour cela, il faut un Visa travail, le plus difficile à obtenir). Arrangez-vous donc pour obtenir une promesse d’embauche de la part de votre employeur ! Enfin, il faut prouver que vos attaches sont en France et que vous retrouverez bien vos proches à la fin de votre American trip.

 

L’ambassade des USA sous haute sécurité

 

Autant vous dire que notre dossier est béton, relevés bancaires, promesse d’embauche (modèle ici) et photo de famille à l’appui.

11h45 : go ! Nous nous engageons sous le barnum installé devant l’ambassade des USA, où des agents de sécurité procèdent à une première fouille. Après avoir remis nos formulaires DS160 – ceux qui nous ont pris deux heures – nous pénétrons dans l’ambassade, en mode aéroport. Sur le tapis roulant, nous prenons congé de nos téléphones, interdits et stockés dans un casier le temps de l’entretien. En territoire américain, on ne plaisante pas avec la sécurité.

Première file d’attente, premier entretien, première prise d’empreintes digitales, premières questions… Et… re-file d’attente pour d’autres empreintes, un autre entretien. Nos nerfs sont à vifs !

On s’attendait à y passer des heures, mais les agents sont en mode speed dating : à peine 5 minutes par participant avant de recevoir ou non son petit papier blanc.  Nous ne dérogeons pas à la règle : quelques brèves questions, nous récitons des réponses répétées 100 fois, on s’efforce de garder le sourire, on s’apprête à sortir quelques documents et puis… Clap de fin !

 

Visa pour une nouvelle vie

 

Sonnés, on ne comprend pas ce qui nous arrive, le quadragénaire en chemise nous remet un papillon blanc. On le lit, le relit, le re-re-lit : « Your US Visa demand has been aproved ! »

K.O. debout, on se dirige vers la sortie, planant au-dessus du sol, incrédules et heureux.

On s’embrasse, on n’ose y croire, on appelle nos proches, nos sourires s’entendent à l’autre bout du fil. Nous n’avons plus froid, pas faim, nous ne sommes pas fatigués, les jambes ne nous portent plus. Le rêve commence ici. Notre deuxième vie aussi.

Valentin