CLEMENT ILLAND - Normandie agriculture vaches génétique golden oaks farm vaches etats unis
Portraits de Normands

Clément, un Normand au pays des cowboys

Ferme à colombages, paysage verdoyant et crachin : il y avait comme un air de Normandie quand nous avons rencontré Clément Illand à la Golden Oaks Farm de Wauconda, dans l’Illinois.

CLEMENT ILLAND - Normand Normandie agriculture vaches génétique golden oaks farm vaches etats unis

La crème mondiale des Prim’Holstein

On retrouve le jeune homme de 22 ans dans le bâtiment dédié aux « stars », une dizaine de vaches Prim’Holsteins parmi les plus belles et les plus chères du monde. « Elles ne seront pas vendues à moins de 65000 dollars » assure Clément, à Wauconda depuis huit mois dans le cadre d’un programme « MAST International » avec l’université du Minnesota.

Pur Normand élevé dans la ferme familiale de Villechien, Clément Illand a commencé par un BTS production animale au lycée de Thère, près de Saint-Lô (Manche). Il est ensuite passé par le Royaume Uni avant de venir prendre un peu d’expérience au pays de l’Oncle Sam. Une manière aussi d’aller voir si l’herbe est vraiment plus verte ailleurs. « Tout le monde critique les Etats-Unis pour beaucoup de raisons et j’avais envie de vérifier par moi-même ».

CLEMENT ILLAND - Normand Normandie agriculture vaches génétique golden oaks farm vaches etats unis

Son truc : la génétique

Aventurier et positif dans l’âme, le Manchois est autant curieux que passionné. Son truc, c’est la génétique. Emporté par sa fougue, il pourrait vous en parler pendant des heures ! A la Golden Oak farm, une des meilleures entreprises du monde dans le domaine, Clément est dans son élément, même si l’exploitation de l’Illinois n’a rien à voir avec l’une des sept fermes que possède sa grande famille. On parle ici d’un troupeau de 600 vaches, une moyenne aux Etats-Unis. « Ils raisonnent beaucoup plus en termes de business et de rentabilité. Les vaches sont traites trois fois par jour et produisent 22000 litres quotidiennement ».

CLEMENT ILLAND - Normand Normandie agriculture vaches génétique golden oaks farm vaches etats unis

La ferme du milliardaire

Une vingtaine d’employés s’affairent chaque jour dans l’exploitation, propriété d’un milliardaire qui y a installé sa maison de campagne. « Il vit en Californie et il possède une tour près d’ici, à Chicago. Récemment, il a organisé un pique-nique sur sa propriété avec 1500 invités. Il y avait des bars, des marchands de glace, des murs d’escalade… Mais il reste un businessman : il veut de la rentabilité et nous avons des objectifs à tenir », confie Clément Illand, qui peut expérimenter aux USA une manière de travailler à l’opposé de la France, et en tirer ses propres enseignements. « Ici, il ne s’embarrassent pas avec le détail et voient la ferme d’une manière globale et font moins de sentiments : si un animal est malade, il faut vraiment une bonne raison pour ne pas l’envoyer à l’abattoir. En France, on est plus pointilleux, on connaît mieux nos animaux ».

Normand et Français avant tout

Enthousiaste, Clément Illand n’en reste pas moins Français et garde son esprit critique. « Je suis pris pour un râleur, mes collègues en rigolent ! », sourit-il. Aux Etats-Unis, il apprécie le côté chaleureux et accueillant des habitants. « Le point négatif, c’est que bien souvent tout est superficiel. Ils sont curieux pour un soir, mais ça s’arrête là. Si on envoie un message le lendemain, il reste sans réponse. Cela reste très compliqué de créer des liens durables avec des Américains ».

Le jeune Normand reconnaît néanmoins que cette expérience lui apporte « une ouverture d’esprit. Quitter la famille, sortir de chez moi m’a permis de grandir par moi-même. J’ai vu autre chose ».

CLEMENT ILLAND - Normandie Normand Normands voyageurs agriculture vaches génétique golden oaks farm vaches etats unis

« Je ne m’interdis rien »

A la fin de son stage à la Golden Oak farm, Clément partira étudier quatre mois à l’université du Winsconsin, avant d’enchaîner sur un road trip d’un mois en camping-car. Ensuite ? « Rien n’est fixé. Si j’ai une bonne opportunité, je resterai peut-être, mais je ne m’interdis rien ». Aventurier, Clément préfère suivre son instinct et se faire confiance.

Valentin

> Lire aussi : Christophe Mendy, boxeur et « Big daddy »