blog voyage- etats unis-usa-road trip aux usa-badlands
Vivre son road-trip

Ce que le road-trip aux USA nous a appris (partie 2)

Après 6 mois de road-trip aux USA, c’est l’heure du bilan ! On vous parlait de Donald Trump, malbouffe et politesse dans la première partie. Ici, on va vous parler des contrastes : entre Etats, entre Américains, d’une côte à l’autre. On vous parlera aussi de paradoxes, d’armes à feu et d’alcool. Voici ce que le voyage nous a appris.

Ce qui nous a la plus marqué ?

Les paradoxes ! Pour nous, Français, c’est un pays difficile à comprendre tant les règles, implicites ou non, semblent se contredire.
Religion, sexualité, rapports humains, justice, port d’arme, alcool : dans tout un tas de domaines, les Américains n’ont pas du tout les mêmes codes que nous. C’est aussi perturbant que c’est passionnant !
« Depuis qu’un enfant s’est étouffé avec un jouet, il est interdit de passer la frontière américaine avec un Kinder Surprise. Mais avec une arme, depuis le Canada, on peut », nous faisait remarquer Christophe à Vancouver.
Déstabilisant aussi, le rapport aux autres qu’ont les Américains. Si la plupart d’entre eux sont hyper chaleureux, dès la première rencontre, ça ne veut pas dire pour autant qu’on va devenir amis ou qu’il est possible d’envisager une relation suivie. « Souvent, ils sont curieux pour un jour », nous confiait un brin déstabilisé Clément, un Normand croisé dans l’Illinois lors de notre road-trip aux USA . « Mais le lendemain, j’ai rarement une réponse à mes textos… »
En ce qui nous concerne, on est partis en connaissance de cause, et cela ne nous a pas gêné. Même s’ils sont « automatiques », un sourire, un hug (accolade), un « bonjour, comment ça va aujourd’hui ? » sont toujours les bienvenus ! Ca fait du bien, point !
Et bien sûr, tous les Américains ne sont pas pareil ! A l’image de Traci, Américaine fan de la France rencontrée dans le Minnesota, nous avons gardé le contact avec certains d’entre eux et ça n’a rien de « fake » !

Et les armes à feu ?

Autre paradoxe : le vaste sujet des armes à feu. Encore une fois, il faut beaucoup d’empathie pour capter la logique. Pour la faire courte, chacun a le droit de porter une arme à feu (le permis est facile à obtenir) si elle est visible. Mais porter son « gun » dans un holster nécessite un permis spécial. La loi est elle aussi très éloignée des standards français. Si quelqu’un s’introduit sur votre propriété, il y a peu de chances pour que vous soyez inquiété si vous lui tirez dessus. « Il faut simplement prétendre que vous vous sentiez en danger », raconte Jeff, rencontré au Texas.
Autre grand classique : l’alcool. Interdit dans certains états le dimanche matin, jour du Seigneur, sa consommation relève de la grande hypocrisie. On peut acheter une bouteille, mais elle ne doit pas être visible sur la voie publique : d’où le sac en kraft qui l’emballe systématiquement à la sortie du « liquor store ». Exceptions à la règle : les rues de Las Vegas et de la Nouvelle Orléans, véritable terrain de jeu des fêtards où boire dans la rue fait partie de l’expérience.

Existe-t-il des gros contrastes d’un état à l’autre ?

Carrément. Les Etats-Unis sont un kaléidoscope et on aime dire que ces 50 états pourraient former 50 pays différents. D’ailleurs, les US ne sont unis sous cette forme que depuis la déclaration d’indépendance en 1776, et le dernier Etats à avoir adhéré, Hawaï, ne l’a fait qu’en 1959. Pour nous, quatre grandes tendances se dégagent dans le mode de vie : New York et la côte Est, le Midwest, la côte Ouest et le Sud.

Par exemple, les New Yorkais ont un mode de vie beaucoup plus proche de ce qu’on trouve à Paris (toutes proportions gardées !) Les gens sont plus speed, il y a un vrai esprit de compétition et les rapports humains sont plus froids de prime abord.

La côte Ouest, de Seattle à San Diego, est bien plus cool ! Globalement, contrairement au reste des US, il y a une vraie culture écolo : on recycle, on composte, on sort en tenue de yoga et on fume des joints, le plus souvent en toute légalité.

Et le Sud dans tout ça ?

Le Sud, c’est encore un autre délire. On retrouve encore les accents de la « vieille Amérique », on vous sert du« Yes Sir » et du « Yes Ma’am » plein de respect, on vous appelle « sweetheart » ou « honey ». Mais face à cette hospitalité, un niveau de vie bien en-dessous du reste des états  avec le Mississippi, la Louisiane et l’Alabama dans le top 10 des états les plus pauvres. C’est aussi dans ces états qu’on trouve la plus grande proportion d’Afro Américains, qui gagnent encore aujourd’hui bien moins que les Blancs. Dans certains villes, les Afro Américains sont majoritaires, comme à La Nouvelle-Orleans où ils représentaient en 2010, 60% de la population. Dans d’autres états comme le Texas ou la Floride, c’est la culture latino qui domine, et si vous vous installez à Miami, mieux vaut maîtriser l’espagnol, car certains habitants ne parlent pas un mot d’anglais !

blog de voyage-road trip aux usa-sweet tea-etats unis

Une façon de vivre différente d’un état à l’autre 

Lors de notre road-trip aux USA, on a découvert que d’un Etat à l’autre, les Américains n’ont pas du tout le même mode de vie, le même niveau de vie, les mêmes préoccupations. S’ils se déplacent principalement en transports en commun à New York, ils ont tous besoin d’une voiture dans toutes les autres villes, les distances entre chaque ville étant absolument énormes. Dans l’Idaho, le Wyoming ou le Montana, beaucoup ont un mode de vie assez rural, rythmé par un hiver très enneigé qui peut durer 6 mois ! Dans le Sud, on craint plutôt la saison des ouragans, on ne sort pas près du Bayou trop tard le soir pour ne pas rencontrer d’alligator… Sur la côte Ouest, on redoute les incendies de plus en plus violents et fréquents. C’est un peu cliché, mais ça résume les préoccupations bien différentes des habitants. Climat subtropical oblige, le rythme de vie semble globalement plus lent dans le Sud, mais aussi sur la côte Ouest où même dans une ville aussi énorme que Los Angeles, l’atmosphère a toujours ce petit quelque chose de cool et détendu.

Des populations différentes

Lors de ce road-trip aux USA, le plus étonnant pour nous était de voir à quel point les Américains de différentes origines se croisent sans jamais se mélanger vraiment. La population peut changer d’un quartier à un autre, et même d’un block d’immeubles à l’autre. C’est hyper-compartimenté ! Rencontrée lors de notre road-trip aux USA, une amie Texane a bien résumé la situation : « Ca tient davantage du salad-bowl que du melting pot. Tous les ingrédients sont là, mais ils ne se mélangent pas ». En ce qui nous concerne, on apprécie cette diversité et cette richesse qui donne des quartiers hauts en couleur, avec une vraie personnalité et des univers très marqués.

blog voyage- etats unis-usa-road trip aux usa-4th of july-4 juillet

Comment est perçu la Normandie par les Américains ?

On dit que la Normandie est la deuxième région la plus connu au monde après la Californie. Et ça se vérifie ! Globalement, tous les Américains en ont entendu parler. Pour eux, la Normandie reste une région historique où une page très importante s’est écrite. Beaucoup sont assez calés sur la Seconde guerre mondiale et connaissent les plages d’Utah, Omaha, Juno… C’est évidemment le souvenir d’une victoire militaire écrasante, brillamment restituée par le Musée de la seconde guerre mondiale.

Cela représente aussi pour eux un lieu de mémoire, où des milliers de jeunes soldats ont péri. Et comme le soulignait à juste titre Robin Massee, réalisatrice Franco Américaine rencontrée à New York, la Normandie est un lien indéfectible qui unit la France aux Etats-Unis.

 

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à laisser un commentaire et à le partager sur Facebook !! 🙂

Valentin