carrefour voie ferrée chemin de fer directions choix destination
Vivre son road-trip

Au carrefour de notre vie

Aujourd’hui, je vais vous raconter la décision qui a changé nos vies.

Je considère que la vie est faite de carrefours. De chemins à prendre, d’opportunités à saisir, de pièges à éviter. En ce qui nous concerne, nous sommes arrivés au même carrefour, au même moment.

carrefour panneau direction USA intersection

Photo Pixabay

Partir sans fuir

Dix ans de carrière. Presque autant de déménagements. Aller là où est le travail. Faire le tour de France des villes de troisième zone. S’interroger. Faire le point. Chercher du sens. Vouloir partir sans fuir. Le faire à deux.

Elle, coordinatrice d’un service d’aide aux personnes âgées, des collègues adorables, des Vieux attachants, et un rêve, une idée fixe chevillée au corps : les Etats-Unis. Moi, rédacteur en chef d’un hebdomadaire de province, pas vraiment fait pour le management, encore moins pour la vie à la campagne. Passionné par l’info, curieux de tout, l’esprit ouvert à 360 degrés et une furieuse envie de prendre le large.

 

Parenthèse enchantée

Les Etats-Unis, pour nous, c’est une respiration, deux semaines au printemps, un projet qui nous tient d’une année sur l’autre. C’est aussi un virus, contracté volontairement et qu’Hélène m’a transmis dès notre rencontre. C’est surtout devenu un symbole : celui de nos fiançailles, sur la plage de Coney Island et de notre mariage, sous un gazebo de Las Vegas.
Chaque année, cette parenthèse enchantée nous laissait un goût d’inachevé. Comme si, par 40 degrés à l’ombre, on entrait dans une piscine jusqu’aux genoux sans jamais y plonger vraiment. Georgie, Caroline du Nord, Virginie… Arizona, Nevada, Nouveau-Mexique… Le rêve américain caressé l’espace de quelques jours, la liberté, l’insouciance et puis… Retour en France.

 

Maintenant ou jamais

Et puis cette discussion qui revient sans cesse, éternelle chimère de nos rêveries éveillées : et si on plaquait tout pour faire le tour des Etats-Unis ? Chiche ? Sauf qu’un certain 23 décembre, un truc dans ma voix lui a fait comprendre que je ne rêvais plus. Soudain, tout était en place, les planètes étaient alignées. C’était maintenant, ou ce serait jamais. C’était urgent. C’était vital. Elle a pleuré. J’ai paniqué. On s’est parlé. C’était plus réel que jamais. On ne rêvait plus : nous étions prêts.

CARREFOUR ENVELOPPES OUI NON DECISION

Deux enveloppes, une réponse

On s’est laissé une semaine pour réfléchir. Mais dès le premier jour, nous savions que notre décision était déjà prise. Hélène a préparé deux enveloppes. A la veille de cette nouvelle année qui commençait, on a voté. A l’ouverture des plis, l’unanimité : « On part ». Emotion. Larmes. Evidence. Nouveau départ. Nouvelle vie. Trouille. Excitation. Milliards de questions. Pas de retour en arrière. On s’est promis. On s’est engagé. On se frotte les yeux. On ne rêve plus. Enfin, nous partons.

Valentin