Normand de San Francisco - Antoine Piron banque trader wells fargo normandie economie USA san francisco témoignage français
Portraits de Normands

Antoine, Normand de San Francisco amoureux de sa ville

Normand de San Francisco installé dans la baie depuis 2004, Antoine Piron n’a rien perdu de sa gouaille. Il a gardé de son enfance à Caen et ses années à Paris, un style franc du collier et certaines habitudes européennes, comme les déplacements à scooter. Pas le profil type du banquier ou du trader pour ce Normand de 39 ans qui travaille dans un fonds d’investissement à Financial District.

Normand de San Francisco - Antoine Piron banque trader wells fargo normandie economie USA san francisco témoignage français

Double coup de foudre pour le Normand de San Francisco

Une trajectoire exponentielle qui part d’un BTS Force de vente avant un poste de conseiller clientèle à la BNP puis la découverte des USA. Lors de vacances en 2003, c’est le double coup de foudre, pour sa future femme et pour San Francisco, « une grande ville avec une dimension plus humaine que Dallas ou Los Angeles ». En 2004, Antoine traverse à nouveau l’Atlantique pour devenir conseiller clientèle à Wells Fargo, puis trader à Goldman Sachs. « Ici, ils s’en tapent du diplôme. J’ai perdu deux fois mon job et un mois plus tard, j’étais de retour au boulot ». C’est d’ailleurs ce que le jeune papa apprécie : les opportunités et le côté stimulant du travail. « Il y a une culture positive que j’aime bien, même au travail. Ce n’est pas comme à Paris où les gens te regardent de travers si tu quittes le boulot à 18h45… Parfois je passe six mois sans prendre un jour de congé et ça ne me manque pas ! », confie le Normand de San Francisco.

> Lire aussi : Clément, un Normand au pays des cowboys

Normand de San Francisco - Antoine Piron banque trader wells fargo normandie economie USA san francisco témoignage français

Work hard, play hard

Bon vivant, le Normand de San Francisco est en phase avec le style de vie local. « Ici, beaucoup de gens embauchent tôt pour ne pas être en décalage avec New York (3 heures de différence). Du coup, on termine plus tôt : je finis à 16h et je peux aller à la plage après le taf. Il y a pire ! » De quoi laisser la place pour les loisirs : le snowboard en hiver, la plage en été et la musique toute l’année.

Une Amérique à deux vitesses

C’est aussi ça la Californie : une ambiance détendue dans une région en plein essor, entre les vins californiens de la Napa Valley et la mecque de la « tech ». Dans leur sillage, Google, Facebook, Whatsapp et Apple ont entraîné une constellation de startups qui gravitent autour de San Francisco et San José. De quoi faire flamber les prix des loyers et pousser dans la rue ceux qui ne peuvent plus s’offrir un toit à SF. « Un trois pièces à San Francisco, c’est 1,2 à 1,5 million de dollars. Mais il faut savoir que 40% des habitants gagnent plus de 250000$ par an », confirme Antoine, conscient de sa chance. « La région est top, avec la Napa Valley, la mer, le lac Tahoe…». Aux US, le Normand de San Francisco apprécie la diversité des paysages et des ambiances. « En 15 jours, tu peux voir Los Angeles, San Francisco, le Grand Canyon et Las Vegas ! »

Normand de San Francisco - Antoine Piron banque trader wells fargo normandie economie USA san francisco témoignage français

Rêve américain

S’il revient une à deux fois par an en Normandie pour revoir son grand-père, à Bagnoles-de-l’Orne, sa vie est désormais à San Francisco. Là où il a vécu les deux tiers de son existence, là où il élève son fils de quatre ans. « La France me manque un peu, mais je ne me vois pas y retourner. Ici, il y a davantage de débouchés, c’est trop bien ! »

En sortant du pub où nous étions attablés, on avait envie de croire encore au rêve américain…

Valentin